Un Rouennais fait un tour du monde geek

En février 2013, Guillaume part faire le tour du monde des lieux attachés à la culture geek. Un Geek World Tour pour changer la perception qu’ont les gens des geeks. 

Faire le tour du monde, un rêve qui nous traverse l’esprit de temps en temps. Particulièrement lorsque l’hiver pointe le bout de son nez. Passionné de voyages depuis longtemps, Guillaume, 32 ans, informaticien, vit à Rouen depuis 12 ans. Il a décidé de concrétiser son rêve. Son billet est pris, il part le 11 février 2013. Un aller sans retour. Une date anodine pour tous ceux qui ont ramé en maths au lycée. Mais pas tant que ça pour Guillaume et la communauté de geeks dont il se réclame. C’est que « 11/2/13″ sont des nombres premiers (ils sont seulement divisibles par eux même ou par un). C’est là qu’on entrevoit la teneur du voyage de Guillaume. Il a choisi les étapes de son tour du monde en fonction des événements geeks.

Pour Guillaume, un geek, c’est un « passionné à outrance, avec un grain de folie.Tu t’intéresses aux choses plus que de raison », mais pas forcément un passionné d’informatique. « Tu peux être geek de Michèle Torr, si tu connais sa date de naissance, mais aussi l’heure et le jour », plaisante-t-il. Geek, c’est tout de même une culture de passionnés d’informatique, de science-fiction et de jeux-vidéos. Avec, à la différence des « nerds », réputés asociaux, une vraie notion de sociabilité. S’il défend d’être un geek extrêmiste, il avoue tout de même être allé voir la statue de Steve Jobs à Budapest, « mais seulement parce que j’étais dans le coin au moment de sa mort ».

Alors, au programme de ce tour du monde : un passage au salon de jeux-vidéos E3 de Los Angeles, le festival de BD Comicon de San Diego, le quartier high tech de Tokyo Akihabara, ou la Zone 51 dans le désert du Nevada. Et pourquoi pas, les bureaux de Facebook ou de Google dans la Silicon Valley ? Celui qui souhaite se « laisser porter par les conseils donnés par les personnes croisées » a même l’intention d’aller découvrir les paysages de Star Wars en Tunisie et ceux du Seigneur des Anneaux en Nouvelle-Zélande.  L’important pour Guillaume : « voir, découvrir et rencontrer ». En arrière plan, l’idée de « donner une bonne image des geeks du monde. Montrer que c’est une philosophie, une façon de penser », explique-t-il.

Rencontrer des gens, Guillaume le fait déjà, à travers le hashtag #surlarouteen2013, qui réunit une petite troupe en préparatif de leurs tours du monde. Avec l’idée de se croiser pour de vrai à Bangkok durant leurs périples.

Le voyage de Guillaume a aussi un but professionnel. Peut-être l’occasion d’une reconversion pour celui qui commence à en avoir assez de développer des logiciels. Il envisage de se lancer à son retour dans l’évènementiel. Un projet qui se concrétisera en fonction des opportunités rencontrées pendant son tour du monde.

 

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire