Sous les jupes des hommes

On le croise souvent dans les rues de Rouen. Si on le remarque, c’est que son port de la jupe intrigue. Jean est l’un des quatre membres rouennais de l’association les Hommes En Jupe.

Jean Appriou, 59 ans, est ingénieur informaticien. C’est un homme comme les autres. A ceci près qu’il ne porte plus que des jupes. Au départ, c’était juste une question de confort. « En 2008, je me suis pété les tibias et les péronnets. Je devais porter des bas de contention que j’ai fini par ne plus supporter », se rappelle-t-il. La jupe devient la solution la plus confortable… mais pas forcément la plus esthétique. « J’allais dans les rayons femme de la Redoute. Je portais des trucs horribles, des jupes orange fluo. Je ne sais pas comment j’ai fait pour sortir comme ça », éclate-t-il de rire. Il adhère finalement à l’association en ligne Hommes En Jupe (HEJ) et le port de ce bout de tissu devient enfin un réel engagement pour la liberté de chacun et le respect envers la différence de l’autre.

Mais quel engagement ? se demande-t-on. Après tout ce n’est qu’un morceau de tissu. Jean et les hommes en jupe appellent à la tolérance, l’acceptation de la différence de l’autre, la sortie du carcan des conventions sociales, une remise en question de la place de l’homme et de la femme dans la société. Un peu plus loin qu’une histoire de chiffons alors.

S’il reconnait avoir essuyé des insultes dans la rue au début, il admet ne pas être dans la pire des situations. Il ne se considère pas non plus comme un marginal : « Je ne suis pas un singe de cirque »,  A l’aise dans ses jupettes, Jean est le seul homme en jupe de Rouen sur quatre à assumer en public. Car le regard des autres et le jugement des passants comme des proches est parfois difficile à supporter. Jean pense au divorce d’un copain dont la femme refusait qu’il porte la jupe. A un salarié considéré comme inapte au travail. « Les gens partent tout de suite dans les clichés et les préjugés. On nous considère comme des travestis, des pervers, des dérangés, des homosexuels. Alors que le port de la jupe n’a rien à voir avec notre sexualité », considère celui que sa gouaille, son vocabulaire fleuri et sa joie de vivre ont sûrement aidés à assumer. L’intérêt de l’association qui compte une cinquantaine d’adhérents en France se trouve aussi là. Elle devient aussi groupe de soutien.

On pourrait penser que les femmes seraient plus à l’aise face à ce look. Et pourtant… « Il y celles qui disent accepter, mais pas pour leurs mecs« , catégorise Jean. Et les féministes qui ont l’impression que les hommes marchent sur leurs plates-bandes : »Le pantalon a été une conquête pour les femmes. La jupe ramène à l’image d’infériorité que l’on donne à la femme », analyse Jean qui se considère autant féministe qu’ »homministe ». La jupe, un vêtement catégorisé féminin que l’association cherche à dénaturer de sa notion de genre. A rendre asexué.

Pour des raisons de santé, Jean ne peut plus travailler. Il anime des ateliers informatiques pour les enfants. Des enfants qui s’interrogent eux aussi. Lorsqu’ils lui posent la question, il a une réponse toute prête : « II y a des mamans en jupe et des mamans en pantalons. Maintenant, il y a les papas en pantalon et les papas en jupe ».

Mais où les hommes trouvent-ils leurs jupes ? Plus question de se fournir dans les rayons féminins. « On a moins de fesses que les femmes, note Jean, leurs jupes ne nous vont pas ». Les créateurs de haute-couture en présentent parfois. « Mais c’est pour se donner une image, elles ne sont pas en vente ou alors bien trop chères ». Beaucoup fabriquent eux-même leurs jupes. « Je n’ai jamais vu autant d’hommes qui savent coudre », ironise celui qui se considère comme un anti-consommateurs de normes. Il reste donc les boutiques de prêt-à-porter en ligne. Certaines ont des collections entières de jupes pour hommes. Un shopping banal pour Jean qui considère sa jupe comme son « jean de tous les jours ».

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire