Rififi politique autour de Jeanne D’Arc

Les écologistes de la Créa sont en colère : ils n’auraient pas été associés aux décisions concernant le lancement de l’Historial Jeanne D’Arc. Le projet à été présenté à la presse ce vendredi 23 mars, et, pour Laurent Fabius, président de la Crea, les élus écologistes auraient eu accès à toutes les informations si ils l’avaient souhaité. Il se dit qu’ils ne sont pas venus à la ruénion de présentation du matin même.

Pour les élus Europe Écologie Les Verts, l’intérêt même du projet est en cause. « Au-delà de la confusion gênante entre tourisme et culture, on peut s’interroger là encore sur la volonté de la CREA de permettre le développement d’une politique culturelle au plus près de ses habitant-es et de la nécessaire concertation qui s’impose sur les actions à mener. Le groupe des élu-es EELV rappelle qu’en matière de lieux de visites, l’offre sur le territoire de la CREA est riche de nombreux musées dotés de collections remarquables. Plutôt que d’envisager un soutien à l’existant, il est proposé une course en avant vers un nouvel équipement dont le coût s’annonce important. Cette prodigalité étonne en période annoncée d’austérité. »

Des arguments balayés avec le sourire par Laurent Fabius. « Le Louvre, c’est du tourisme ou de la culture ? », fait-il semblant de demander.

Lundi, les élus de la Crea doivent voter l’interêt communautaire du projet d’Historial. Pas sûr que les écologistes votent avec les socialistes : ils ont annoncé leur volonté de s’abstenir.

Lire aussi : L’Historial Jeanne d’Arc dévoilé

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

6 réflexions au sujet de « Rififi politique autour de Jeanne D’Arc »

  1. En ce qui concerne les écologistes à la CREA, il est nécessaire d’apporter deux précisions :
    - « pour Laurent Fabius, président de la Crea, les élus écologistes auraient eu accès à toutes les informations si ils l’avaient souhaité. Il se dit qu’ils ne sont pas venus à la rue.nion de présentation du matin même. » En fait, la veille pour le lendemain, juste avant la présentation à la presse, l’invitation a été envoyée aux deux seuls vice-présidents. L’un comme l’autre retenus par leurs obligations professionnelles, tout le monde ne peut ainsi se libérer à 9 heures du matin un vendredi, le président du groupe EELV à la CREA a souhaité s’y rendre, cela lui a été refusé au motif que cela n’était pas politique !
    - En revanche, alors que ce projet n’est pas inscrit au contrat d’agglomération, il voit le jour sans avoir fait l’objet d’aucun débat ni même présentation en commission culture. C’est une première ! Un projet de 10 millions d’Euros (chiffre envoyé mercredi aux élus) ou de 11 millions (chiffre annoncé par la presse) avec une délibération qui se base sur une étude qui n’est pas fournie aux élus…
    Voilà une conception de la démocratie pour le moins minimaliste !
    Ceci pose simplement la question du rôle des élus : sont-ils des godillots simples témoins mis devant le fait accompli ou sont-ils garants de la bonne utilisation des deniers publics ? La CREA est-elle la chambre d’enregistrement des décisons ?
    EELV CREA

  2. Effectivement ces agissements sont gravissimes….
    Gravissimes les partis qui soutiennent le PS local en restant à leur côté bien au chaud et recevant leurs rétributions mensuelles !
    Les godillots de la politique vont bien au delà de la simple armada socialiste !

  3. N’y a t il pas d’autres projets à financer dans notre agglomération qu’un tel musée dont l’objet est plus que contestable ?

    Alors que le chômage ne cesse de croitre que de grands établissements ferment, que les pollutions atmosphériques empêchent les enfants de profitter des cours de récréation en ce début de printemps on aurait attendu plus de sérieux de la part des édiles de la CREA.

    10 millions d’euros pour célébrer Jeanne d’Arc, c’est totalemet anachronique dans une agglomération touchée par le chômage, la précarité sans parler des questions environnementales et sanitaires…

    D’autres projets auraient pu motiver des politiques publiques digne de ce nom : la réalisation d’un réseau de voies cyclables digne de ce nom, la rénovation thermique du parc immobilier de manière à protéger le plus grand nombre des conséquences de la hausse inéluctable de l’énergie, de vraies mesures contre l’étalement urbain…

    Mais non… rien que des projets de prestige qui ne contribuent en rien à améliorer le cadre de vie et le bien être des rouennais !

    décidément la CREA n’est pas à la hauteur des enjeux du XXIe siècle….

    last but not least, monsieur Fabius n’aurait pas pu récupérer quelques deniers sur ce projet de musée pour suspendre l’accord avec Ferrero sur le Palais des sports… à moins qu’il ambitionne d’ouvrir un Kindermusée !

  4. Moi, ce qui commence à me chauffer c’est de lire Grand Rouen servir la soupe sans broncher à la CREA et la Ville. Annonce la couleur SB et cesse de faire un espèce de marketing de cul entre 2 chaises.
    (le mot cul devrait me valoir une ridicule modération)

Laisser un commentaire