Réunion de travail à la préfecture pour la Maladrerie

Une délégation de dix membres du collectif 76 a été reçu hier soir 29 octobre à la préfecture. Cette réunion avait pour but d’examiner la situation individuelle des familles occupant l’ancien foyer de la Maladrerie.  Il y a été confirmé que les 200 000 euros alloués par l’Etat à Rouen serviront à la mise en place d’autres dispositifs d’hébergement d’urgence en prévision de l’hiver. Ils sont tirés d’une enveloppe de 50 millions d’euros débloqués pour l’hébergement d’urgence dans la France entière.

De plus, le préfet aurait pour projet de « désaisonnaliser la prise en charge des personnes et de pérenniser les solutions mises en place, pendant l’hiver », ajoute le Collectif. Le tout dans le but de désengorger les dispositifs d’urgence de la région.

En ce qui concerne les familles occupant illégalement la Maladrerie, la préfecture aurait proposé au Collectif de « se pencher au cas par cas sur leur situation administrative ».

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Une réflexion au sujet de « Réunion de travail à la préfecture pour la Maladrerie »

  1. Bonjour,
    Des petites précisions concernant « cette réunion de travail ».
    Nous nous sommes rendus à ce rendez-vous mais nous n’avons pas voulu étudier « au cas par cas » la situation des familles » car nos revendications principales sont « la réouverture de la Maladrerie, la création de places supplémentaires d’hébergement avec un accompagnement social adapté-et l’organisation d’une table ronde avec tous les acteurs locaux.
    Il n’y aura pas de créations de place d’hébergements supplémentaires aux dires de la DDCS et de la sous-prêfete- Et il n’y a aucun moyen supplémentaire pour la sortie de l’hiver.
    Les 200 000 euros sont une « goutte d’eau » ‘dixit nos interlocuteurs- et permettront juste d assurer les places hivernales.
    Nous sommes déterminés à continuer notre mobilisation et à exiger un toit pour tous.

Laisser un commentaire