Procès des homophobes : le verdict

La cour d’Assises de Rouen a condamné les agresseurs de Jérémy a des peines allant de quatre à vingt ans de prison et 100 000 euros de dommages et intérêts à la victime et sa famille. 

Ce 15 novembre au soir, le jury de la cour d’Assises de Rouen a  décidé de condamner Steve à 20 ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté de 10 ans. Il sera tenu à un suivi socio-judiciaire. Il a, en effet, été reconnu coupable des accusations de tentative de meurtre sur Jérémy en 2009, d’actes de tortures et de barbarie « à raison de l’orientation sexuelle » et de « dégradation volontaire » du véhicule de sa victime.

Le jury n’a retenu contre son co-accusé, Stéphane, que les actes de tortures et de barbarie. Il est tout de même condamné à 15 ans de prison. « Une peine un peu trop lourde », considère son avocat Me Hugues Vigier. Quant à Farid, qui n’était accusé que de « non-assistance à personne en péril », il est condamné à 4 ans d’emprisonnement.

Me Nathalie Karouby-Suganas, avocate de Steve, semble déçue et dit avoir un sentiment d’ »amertume et d’inachevé », surtout concernant la condamnation sur les actes de torture et de barbarie. En 2009, Jérémy avait été agressé sexuellement à l’aide d’un bâton. « Les débats ont pourtant montré que l’agression avec le bâton ne venait pas de Steve, même s’il reconnait la violence des coups qu’il a donnés« , déplore l’avocate.

Me Clément Abitbol, avocat de la défense

A l’annonce du verdict, les familles des prévenus se sont effondrées, tandis que les mines au premier abord impassibles des désormais reconnus coupables ont commencé à se fissurer. Pour Me Clément Abitbol, co-défenseur de Jérémy, cela traduit surtout leur égoïsme. « Ils regrettent d’être dans cette situation mais n’ont pas encore pris la mesure de ce qu’ils avaient fait », s’exaspère le pénaliste. Les trois hommes n’auraient en effet pas manifesté la moindre once de regrets, ni des excuses à l’égard de Jérémy, pourtant assis en face d’eux pendant une semaine.

Me Fabien Picchiottino, avocat de Stéphane.

Concernant le caractère homophobe de leur crime, Me Fabien Picchiottino, qui assistait Stéphane, répond : « Ce ne sont pas des homophobes, mais ils ont commis cet acte en raison de l’homosexualité de la victime. »

 

 

Les photos sont de Guillaume Painchault. 

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire