Pour Noël, ils dînent à la mairie

Quatre-cent personnes sont venues dîner pour le réveillon de Noël à l’Hotel de Ville de Rouen. Un dîner qui permet aux bénévoles comme aux invités de ne pas être seuls. 

Alors que beaucoup sont dans leurs familles le soir du 24 décembre, certains se retrouvent à la mairie. Pour les uns, c’est le moyen de profiter d’un bon repas de Noël, d’autres sont là pour «donner un peu de soi ». Vers 18h30, les premiers invités attendent déjà devant la mairie. Quatre-cent convives sont attendus à l’Hôtel de Ville de Rouen pour la cinquième édition de Rouen solidaire. Ils ont été invités par sept associations caritatives rouennaises.

Tous ne viendront pas, tempère Christiane, bénévole de la Shma (« écoute » en hébreu). « Après avoir passé du temps dans la rue, on perd toutes notions d’espace et de temps », explique-t-elle. Elle raconte avoir croisé Denis, un SDF dans la matinée du 24. « Je lui ai dit qu’il ne pouvait pas passer la soirée tout seul. Je lui ai dit de venir. Il était sobre ce matin. Là, malheureusement ce n’est plus le cas ». Christiane coche avec son mari les noms des personnes conviées par son association et déjà arrivées. Cette année, elle a décidé de participer pour la première fois à Rouen Solidaire. « Mes enfants sont dans leurs belles-familles à l’autre bout de la France », explique-t-elle. Alors, « parce qu’on s’attache aux gens que l’on croise », elle a décidé de donner sa soirée de Noël à son association.

Faire une bonne action. C’est un peu le leitmotiv des 100 bénévoles et volontaires de la mairie présents ce soir. Mathilde, 22 ans, bénévole à la Croix-Rouge, voulait « se rapprocher des gens qu’on croise dans la rue ». A ses côtés, Carole, 46 ans, bénévole dans la même association, est venue donner un coup de main avec sa fille de 21 ans. « Une idée qu’on a eu toutes les deux », raconte-t-elle.

Un peu plus loin sur le parvis de la mairie, Olga, 77 ans, Marie-Rose, 81 ans, et Denise, 76 ans, papotent en attendant d’être appelées par le club du troisième âge. Avec son bonnet de Noël sur la tête, Olga vient pour la deuxième année, car « on mange bien et c’est sympa ». Les trois copines sont joviales et de bonne humeur. Mais pas un mot sur leurs situations ou leurs familles. Et lorsqu’on ose leur poser la question, les trois copines répondent en coeur : « On n’a pas de famille ». Ce seront les seules explications. Beaucoup de pudeur et de retenue.

Vers 19h, à l’étage de la mairie, les invités sont accueillis en haut des escaliers par la ministre des sports, Valérie Fourneyron, et le maire de Rouen, Yvon Robert. On sert les mains et on fonce vers sa place. La galerie du premier étage est investie par des tables, des chaises, un piano, Le brouhaha commence à raisonner dans la galerie, accompagné par un pianiste.

Les gens semblent heureux d’être ensemble. Certaines tablées accompagnent la chanteuse. On redemande du champagne. On va voir les enfants, qui sont 77 et ont pris possession de la salle du conseil municipal. On descend fumer une cigarette.

Patrick, 63 ans, dîne pour la deuxième fois à la mairie. Ce soir, il est le seul homme à table. Et il est plutôt content. Pour l’occasion, il a mis une cravate bariolée et une veste vert d’eau. S’il est là, c’est qu’il est « seul depuis 2007″. « Il y a bien ma belle-soeur mais elle était invitée chez des amis ce soir. Même si elle s’occupe bien de moi », explique-t-il. Il avoue être passé voir le Père Noël et lui avoir fait un voeu. Une amie. Pour un autre, un peu plus loin, le tableau est beaucoup moins naïf : « Pour moi Noël en famille,c’est l’hypocrisie. Si les gens sont bien chez eux, tant mieux. Nous on est bien ici ! »

Les photos sont de Guillaume Painchault

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire