Pauline Croze :  »La scène est synonyme de vie »

Révélée en 2005, la chanteuse est aujourd’hui de retour avec un troisième album Le prix de l’Eden qu’elle a présenté mardi sur la scène de la Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan.

Apparue sur les ondes françaises en 2005 avec le titre T’es beau, extrait de son premier album, l’artiste a su séduire le public avec son timbre de voix si particulier et des textes intimes et touchants.

Aujourd’hui, elle revient avec un nouvel album, le troisième, après cinq ans d’absence. Une absence qu’elle explique par le manque d’inspiration.  » Avant, j’écrivais sur mes douleurs, mes traumatismes. Maintenant, je suis plus apaisée et c’est devenu plus difficile pour moi d’écrire.  » explique-t-elle. Le prix de l’Eden est donc née d’une inspiration progressive venue  » difficilement, sans déclic, diluée dans ces cinq années.  »

Si autrefois l’inspiration lui venait de son propre vécu, la demoiselle s’est maintenant ouverte au monde qui l’entoure.  » Je me fie davantage à mes sensations désormais, à ce que je vois ou à ce que j’entends. Ma rétine, par exemple, est un hommage à cette formidable capacité que nous avons de pouvoir voir et regarder.  »

Le résultat de ce travail, c’est un album influencé notamment par les musiques africaines avec la ville comme thème récurrent.

 » Je me suis découvert un réel intérêt pour l’architecture et l’urbanisme  » confie la chanteuse.  » Je suis fascinée par la façon dont une ville peut être agencée, entre ses différents quartiers, ses terrains vagues…Avec cet album, j’ai voulu en quelque sorte construire une ville chimérique. Je pense que c’est aussi révélateur du fait que j’ai arrêté de me centrer sur moi-même.  »

Pauline Croze est donc très heureuse de présenter ce nouveau projet sur scène. Même s’il est  » difficile de remonter sur scène et de se sentir à la hauteur  » pour cette jeune artiste sujette au trac, elle apprécie toujours de  » revisiter et dynamiser les morceaux selon l’humeur et l’énergie du public  » et ainsi s’affranchir du  » côté figé de l’enregistrement en studio  ». En trois mots, un concert est pour elle  »synonyme de vie ».

Gageons qu’il fut synonyme de plaisir et d’émotion pour les spectateurs venus l’applaudir à la Maison de l’Université de Mont-Saint-Aignan ce mardi 4 décembre.

Page Facebook  officielle de Pauline Croze

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire