Paris-Normandie : les salariés se rebiffent

Les salariés de Paris-Normandie sont las d’attendre. Ils passent donc à l’action. L’objectif ? Raconter ce qui se passe chez l’éditeur des quotidiens normands, et mobiliser. Leur message est clair : la famille Hersant serait « les fossoyeurs de la presse normande ».

Deux scénarios sont en effet toujours envisageable pour Paris-Normandie. Dans le premier cas, un plan social, dans le deuxième, un dépôt de bilan. Le choix de la première option n’excluant pas la deuxième.

Les salariés de la SNPEI, société éditrice de Paris-Normandie, veulent faire savoir leur attachement à leur outil de travail et à leur métier. Ils mettent en avant la nécessité d’investir dans un plan de développement ambitieux, tenant compte des évolutions technologiques et permettant l’exercice du journalisme dans des conditions acceptables d’indépendance et de moyens d’investigation.

Les syndicats organisent un meeting – assemblée générale, ouvert à tous, le 24 février à 12 heures au siège du journal, 33 rue des Grosses Pierres, à Déville-lès-Rouen.

Le tract réalisé par les syndicats (format PDF)

Lire : Paris-Normandie, premier pas vers le plan social

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire