Michael Clayton-Jolly : la voix de l’ange

Dans l’opéra-thriller de Benjamin Britten, Le Tour d’écrou, donné au Théâtre des arts de Rouen cette première semaine d’octobre 2011, un des rôles principaux doit être joué par un garçon. Pas le choix, pas moyen de tricher : il faut que le spectateur voit sur scène un enfant. Sa voix doit exprimer la pureté, l’innocence : il en va de l’intégrité de l’oeuvre. Trouver la perle rare, capable de tenir deux heures vingt en scène et de partager le haut de l’affiche avec des chanteurs confirmés n’est pas une mince affaire. Il vient finalement de Grande-Bretagne :  Michael  Clayton-Jolly n’a que neuf ans, et une voix réellement impressionnante.

Interviewé dans sa loge, à l’occasion des répétitions, Michael ne semble pas du tout impressionné par ce qui lui arrive : « Ce n’est pas la première fois que je monte sur scène. J’ai déjà eu un petit rôle à l’Opéra à Londres. » En version originale, il précise : « I think it’s ok for me ».  Pour Le Tour d’écrou, de Britten, il a d’abord travaillé à Londres, avec une professeur de chant et un pianiste. Du coup, à Rouen, il ne lui reste à régler « que » les problèmes de costumes, de mouvements sur la scène. Ce qui représente tout de même un séjour de cinq semaines dans la capitale normande. Cinq semaines accompagné par sa maman, et une enseignante, ce qui lui permet de ne pas prendre de retard sur l’école. Chaque jour, il répète pendant 3 heures, pour que tout soit impeccable dès la première, mercredi 5 octobre, à 20h.

Ce qu’il pense de l’opéra de Britten ? « La première fois que j’ai écouté, je n’ai pas trop aimé. Mais maintenant je trouve ça mieux. J’ai déjà chanté du Britten à Londres. » L’expérience donne confiance. Tout a commencé semble-t-il le plus naturellement du monde : « J’ai commencé par apprendre le violon, puis je suis rentré dans un choeur d’enfant, et j’ai vite eu un professeur particulier qui m’a fait passé des auditions. Et puis voilà. » Ce qu’il aime ? Le classique, évidemment, mais aussi le jazz et la musique latino-américaine.

Assis dans un coin de la loge, derrière Michael, Kynan Johns, qui sera à la direction de l’orchestre, acquiesce lorsque l’enfant fait la démonstration de son savoir-faire en chantant quelques notes. Puis il applaudit. Un peu plus tard dans le couloir, on nous confiera : « On en a vu passer des enfants ici, mais avec un tel talent, on n’a jamais vu ça. »

Michael est un pourtant petit garçon comme les autres. Lorsqu’on lui demande ce qui lui plait à Rouen, il commence par citer l’architecture médiévale, mais aussi les boulangeries, les gâteaux, et surtout les glaces : « meilleures qu’à Londres » !

Un petit garçon comme les autres qui tient tout de même à préciser qu’il sera en novembre choriste à la Chapelle royale de Londres, que son concert sera retransmis en direct à la télévision sur BBC1. Le début d’une carrière sur les chapeaux de roue.

Benjamin Britten, Le Tour d’écrou, Opéra de Rouen Haute Normandie, 5 octobre, 7 octobre et 9 octobre 2011

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Une réflexion au sujet de « Michael Clayton-Jolly : la voix de l’ange »

  1. Ping : Le Tour d’écrou de Britten : places à gagner | Grand-Rouen

Laisser un commentaire