Avec Lucien l’arpette

Lucien et les Arpettes sortent leur deuxième disque ce 20 novembre 2012 : Ouanetoutri tour. A Rouen. Lucien, c’est un guitariste, qui n’a quasiment jamais fait que ça, de la musique. A force, il a écrit une première chanson pour enfant, son premier neveu, puis une deuxième pour son deuxième neveu. Puis une troisième, pour  une chorale entière, menée par une institutrice. C’est là que le déclic est venu, lors du spectacle des chorales, dans la salle Le Rive gauche, à Saint-Etienne du Rouvray : « J’ai vu le plaisir que les enfants avaient à chanter. Et puis les petits spectateurs se redresser dans leurs fauteuils. Il se passait, vraiment, quelque chose. » L’aventure de Lucien et ses arpettes était née.

Avant, Lucien avait joué du rock, de la pop, du reggae, de la variété… Et c’est de ces univers musicaux qu’il s’inspire pour les musiques des chansons pour enfants. Mais ce sont les textes qui viennent d’abord. Des histoires, des univers qui sont ceux des enfants, qui apprennent l’anglais, tombent amoureux de la maîtresse, se battent contre leurs poux… Du festif et du pas bêtifiant. « Parce que, dit Lucien , je crois qu’on peut parler de tout aux enfants si l’on trouve la façon d’en parler. Et c’est là qu’il faut faire chauffer le stylo : pour trouver le bon angle. »

Faire chauffer le stylo, c’est ce qu’il aimerait avoir plus le temps de faire, Lucien. Mais l’aventure des Arpettes demande beaucoup d’énergie. Il en faut pour vendre les spectacles (150 dates en 5 ans avec le premier album) : « Je suis manager, aussi. Ce qu’il nous faudrait, c’est une structure professionnelle, pour pouvoir nous consacrer pleinement à la création », explique-t-il.

Reste donc à convaincre. Pas facile dans un milieu sinistré, où il est même impossible de mettre en vente un CD à la Fnac locale sans l’appui d’une grande maison d’édition de disques. « On va le vendre en direct, à la fin des spectacles ou très prochainement sur notre site Internet », précise Lucien. 2000 exemplaires du premier disque ont trouvé preneurs. Tous les espoirs sont donc permis. D’autant que les fans de la première heure restent fidèles.

« Deux petits garçons s’appellent Lucien à Rouen parce que leurs grands frères ont voulu rendre hommage à Lucien et les Arpettes », se réjouit le guitariste. « C’était le prénom de mon grand-père, il va revenir à la mode. » Car ce n’est qu’un début, peut-être. Le 27 mars 2013, Lucien et les Arpettes joueront dans les Arènes de Nimes. « Là où a joué Madonna ! », s’exclame Lucien. De quoi rêver à un destin différent, d’autant que « le public enfant ne triche pas: les gamins ne sont pas polis. On ne peut pas se moquer d’eux, sinon ils décrochent tout de suite. »

Résultats du nouveau spectacle, qui va avec le deuxième album : le public est bien là, et adhère, s’amuse, chante… « On a joué dimanche, et on a déjà reçu des mails pour nous dire que c’était super. » A suivre au fil des dates qu’on trouve sur leur site Internet.


ParceQueLeClip par Lucienarpettes

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire