Le Front National se prépare pour les municipales

2014, élections municipales. Le Front National fourbit ses armes. Nicolas Bay recevait le 30 novembre le numéro 2 du parti, Louis Aliot. L’occasion d’une conférence de presse avant une réunion de militants. Le journaliste vient alléché par quelques informations sur les municipales, et repart un peu déçu : si l’on a une liste de villes où le FN compte bien présenter des listes, on ignore qui en sera. Les villes donc ? Dans l’agglomération, le Front National compte présenter une liste à Rouen, mais aussi à Darnétal et peut-être à Déville-lès-Rouen. Rive gauche, Il y aura Grand-Quevilly, Elbeuf, Sotteville… « L’époque où notre mouvement était affaibli est révolue », se persuade Nicolas Bay. Et d’espérer se maintenir dans le plus de communes possibles pour avoir des élus dans les conseils municipaux.

La crise de l’UMP donne bon espoir d’y arriver aux représentants du Front National : « Il y a un peu moins de 2000 adhérents au Front en Seine-Maritime, explique Nicolas Bay. D’ordinaire, il y a 35 inscriptions par semaine, renouvellements compris. La semaine suivant les pataquès de l’élection entre François Fillon et Jean-François Copé, il y a eu 85 inscriptions, dont beaucoup directement sur Internet ». Et de surenchérir sur la situation locale : « en Seine-Maritime, l’UMP était très affaiblie avant ça. C’est le centre qui a pris le leadership. Beaucoup d’électeurs de l’UMP peuvent voir dans le Front National un espoir. »

D’ailleurs, si Louis Aliot est là, c’est pour fournir aux militants du Front National des arguments pour aller à la rencontre des déçus de l’UMP. C’est l’objet de la réunion qui suit la conférence de presse. Des arguments ? Ceux qu’il donne sont mille fois entendus : la gauche et la droite mèneraient la même politique, le pouvoir leur échapperait et serait de toute façon à Bruxelles… Dans le même sac Louis Aliot place le vote des étrangers, le mariage homosexuel, l’adoption, la procréation assistée… Les socialistes ne seraient bons à rien qu’à se partager les places, l’UMP aurait fait la preuve avec leur élection interne de leur amateurisme.

On sent une certaine jubilation chez Nicolas Bay comme chez Louis Aliot : la période serait « inespérée » : « les gens se sentent totalement abandonnés par ceux qui sont au pouvoir ». Et l’on sent que cette fois, le Front National compte bien tirer son épingle du jeu, se félicitant notamment de la fin du cumul des mandats : « c’est une révolution que nous soutenons. C’est la seule mesure positive du rapport Jospin », explique Louis Aliot.

En janvier 2013, le FN devrait proposer aux citoyens des « cahiers de doléances« , à partir desquels les responsables locaux devraient constituer les programmes qui seront présentés aux élections municipales. La machine est en route.

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire