J’ai savouré le spectacle au meeting de Jean-Luc Mélenchon !

Mardi soir, 18h20, j’arrive sur le parking du parc expo de Rouen pour un nouveau meeting électoral. Une fois garé, l’agréable musique d’une fanfare se fait rapidement entendre, le ton est donné. Devant l’entrée, on est rapidement à l’aise. Tracts distribués, journaux alternatifs en vente, rencontre avec des potes de longue date, parfois même des parents de potes, fervents militants et citoyens plus curieux semblent s’être donnés rendez-vous. L’entrée en matière est véritablement positive puisque, aujourd’hui, je n’aurais pas à poireauter vingt minutes avant d’entrer. La fouille et les portiques de sécurité des précédents meetings semblent avoir été troqués contre de nombreux drapeaux rouges !

Une fois rentré, j’arrive au cœur d’un « petit village militant ». Différentes organisations ayant répondu favorablement à l’invitation du Front de Gauche tiennes des stands pour l’évènement. Je remarque ainsi la présence des Jeunes Communistes, de différentes délégations CGT, de la FASE, d’Attac, de Ras L’Front, du Journal Fakir, de Politis, de l’Humanité et surement d’autres que j’oublie… L’ambiance est une nouvelle fois bien différente des meetings précédents. Ma Kro’ achetée à la buvette militante, je m’en vais passer quelques minutes derrière le stand de Ras L’Front proposant brochures, affiches, autocollants et vente de pin’s.

Première annonce micro à 19h00, pour des raisons de sécurité, les « 10.000 personnes présentes » sont invitées à se répartir dans les différents halls du parc expo où des écrans géants retransmettent le discours. Le Hall 2, l’un des plus grands du parc expo, est effectivement plein à craquer… Nulle raison d’espérer le moindre siège, les très rares fauteuils doivent être occupés depuis bien longtemps ! Impossible de se frayer un chemin dans la foule, la scène me parait bien loin. Dans l’incapacité d’évaluer le nombre de personnes dans cette marrée humaine, force est de constater qu’il y a énormément de monde… Trois mini films d’animation sont diffusés. Le premier a pour thème la dette publique et a été réalisé par la FASE, le deuxième concerne Marine Le Pen et est proposé par le PCF, enfin le dernier a pour auteur le Parti de Gauche et traite du projet de VIème République.


Ep.5 : En 2012, on va leur faire un dessin -… par CN-PCF

Niveau ambiance : des spots rouges, un immense fond de scène rouge sans texte, mais surtout une chaleur insupportable sous les lampadaires. Comme pour François, une traduction en Langage Des Signes est réalisée en directe, mais celle-ci est quasiment invisible sur les écrans, trop bas, pour une grande majorité du public du hall 2 j’imagine.

Vers 19h15, Pierre Laurent (PCF), Martine Billard (PG) et le candidat Jean-Luc Mélenchon entament une traversée folle des trois halls qui mènent jusqu’à l’estrade. Un bain de foule qui durera une quinzaine de minutes, sous les acclamations d’un parc expo bondé et au rythme de la fanfare avançant également dans la foule.

C’est Martine Billard qui prend la parole la première pour une trentaine de minutes. Elle remercie travailleurs et militants plus nombreux de semaine en semaine. Parmi les thèmes évoqués, la supériorité des travailleurs sur le patron, l’écologie, le service public en danger. Avant que Pierre Laurent ne prenne la parole, on nous annonce « 10.000 internautes » suivant le meeting en streaming.

Pierre, le président du PCF, annonçe à son tour que le meeting de Rouen fera date. Il révèle également un sondage à paraitre créditant Jean-Luc à 10% d’intentions de vote. « Il ne peut y avoir victoire de la gauche sans nous dans ce pays » clame t’il ! Pierre critique également  violemment le vote du mécanisme européen de stabilité (MES) qui « met la Grèce à genoux ». Lui qui dit voyager beaucoup en Europe vu ses fonctions déclare que « l’Europe entière regarde la France et attend le résultat des élections à venir ».

20h30, après ces premières parties assez longues, Jean-Luc entre dans l’arène avec ses talents d’orateur hors norme. Il fait remarquer, à juste titre, être « extraordinairement impressionné » que nous soyons si nombreux debout et tassés. L’affluence de ses meetings commence effectivement à surprendre organisateurs comme observateurs politiques.


Discours de Jean-Luc Mélenchon à Rouen le 6 mars… par PlaceauPeuple

Jean-Luc, qui ne quitte plus son petit pin’s rouge triangulaire symbole de Ras L’Front, ne tardera pas à pulvériser la candidate frontiste… Résistance communiste historique contre l’envahisseur, père – fille et petits enfants sont alors prévenus, « c’est la gauche qui fait baisser les yeux à l’extrême droite »… Faisant allusion à l’émission Des Paroles Et Des Actes de la semaine passée, Jean-Luc s’exclame : « quand je parle tu te tais » ! Quant au sujet de Jean-Marie, Jean-Luc s’étonne que papa ait besoin de venir défendre sa fille. La foule applaudit grandement l’ensemble des déclarations… « Le Front de Gauche n’est pas hostile à un débat avec Jean-Marie, mais ça ne sera pas moi parce que je ne vais quand même pas me faire toute la famille » lance le candidat du parti avant de poursuivre : « la préoccupation de Le Pen père est de me baisser mon caleçon, mais ce n’est pas par là que je pense… » Coup de grâce : une citation de Brasillach, si cher aux Le Pen, appelant à l’extermination des juifs… Là se clôt l’épisode FN du discours, même si Jean-Luc ne manquera pas d’y revenir.

Autre passage, les remerciements aux militants du PCF « très actifs » en Normandie et sans qui l’organisation du meeting n’aurait pas pu être possible. La récompense, dit-il, est le fait qu’« il n’y ait jamais eu autant de monde dans un meeting sur Rouen ». Même les « drapeaux blancs socialistes » n’ont semble t’il pas fait mieux d’après Jean-Luc qui ironise sur le fait que « les drapeaux blancs sont pour ceux qui se rendent ». Le public apprécie.

Au sujet du halal, la stigmatisation FN-UMP est violemment dénoncée. Jean-Luc qui avait accusé Marine Le Pen d’être semi-démente revient sur ses déclarations et affirme qu’« elle est en fait profondément névrosée ». Jean-Luc insiste alors sur le fait qu’on attrape ni le judaïsme, ni l’islamisme en mangeant de la viande puisque ce ne sont pas des maladies… Encore une fois, la salle apprécie. « Drôle d’idée pour Marine qui défend la souffrance des animaux que de vouloir dans le même temps le rétablissement de la peine de mort » conclue t’il.

Concernant l’apprentissage à 14 ans, le Front de Gauche répond « Non ! Non ! Non ! Non ! » repris en cœur par les spectateurs. Pour Jean-Luc, « le travail manuel n’existe pas […] et l’apprentissage se fait à l’école, pas à l’usine ». Nouveaux toners d’applaudissements.

Occurrence faite à la tranche d’imposition de 75% des socialistes, Jean-Luc félicite François ironisant sur le fait que « c’était un bon début ». Apogée humoristique de la soirée. Et à ceux qui voudraient partir pour ne pas payer d’impôt ? « Les Etats Unis les pourchassent aujourd’hui efficacement, c’est la preuve que c’est possible ». Evidemment, « il ne faudra pas se contenter de compter sur le patriotisme », nouvelle vague de rires et d’applaudissements ! Interdire la direction d’une société en France à un patron, ou de représenter le pays pour un sportif, voilà ce que préconise Jean-Luc pour les déserteurs fiscaux dont il liste quelques exemples.

Deux jours avant la Journée de Lutte pour les Droits des Femmes, le féminisme n’est pas un oublié du discours. « Ou bien tous les êtres humains ont les mêmes droits, ou bien aucun n’en a » affirme Jean-Luc.

Comme phrase de conclusion et après un appel à « l’insurrection civique », il lance : « Vive la 6eme république, vive la république, vive le socialisme, vive la France ».

L’Internationale se fait entendre (peu chantée, c’est décevant :-D), laissant place à la Marseillaise, avant de terminer par la célèbre chanson d’HK & les Saltimbanks « On lâche rien ».


Hk & Les Saltimbanks – "On lâche rien" par HkOfficiel

21h45, il se fait tard… Mais c’est passé relativement vite ! Y’a pas à dire, Jean-Luc, t’es vraiment un très bon orateur, capable de te faire comprendre, de convaincre, de séduire et de distraire.

PS : Ta victoire Jean-Luc, c’est de réussir à faire douter un jeune con comme moi qui comptait s’abstenir (mais ça c’est une autre histoire ;-)).

A lire aussi :
- J’ai survécu au meeting de Marine Le Pen !
- J’ai joué le jeu au meeting de François Hollande !

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

9 réflexions au sujet de « J’ai savouré le spectacle au meeting de Jean-Luc Mélenchon ! »

  1. J’aime (?) vos ….. « Nouveaux toners d’applaudissements. » ….. sans doute recyclables comme toutes les cartouches toners d’imprimantes. Est-ce là la touche écolo de JLM?

    Plus sérieusement, ce genre de lourdes fautes me laisse rêveur.

  2. Honorer la révolution bolchevik de 1917, me parait un peu fort ! en effet pour le jeune C… qui a été séduit par JLM , il oublie de dire que la révolution de 1917 a engendrée des millions de morts notamment parmi la déportation des Zeks Paysans russes et Lénine qui a inventé les premiers camps d’exterminations des opposants et qui fait assassiner Trotsky au pic à glace !
    De toute façon ce type ne gagne pas le Smic ! mais c’est vrai il est bon ! mais dangereux comme tous les Kmers rouges ou autres Nord Coréens !!!

  3. J’ai beaucoup aimer te lire, article très bien écrit, sans prise à partie.
    Par ailleurs, j’approuve ta définition de victoire et te suis sur ce point…. Pas facile maintenant :-)

  4. Ce JLM est un clown triste et démago. Cherchez à réhabiliter la pire barbarie que l’homme a pu produire dépasse l’imaginaire. Il faudrait des pages et des pages pour décrire tous les crimes gratuits commis par les fervents du communisme idéologie d’un autre monde. orateur mon oeil. Il dit que des bêtises et des paroles que les gens veulent entendre comme à bas les riches. N’importe qui ferait aussi bien en tenant des propos hautement démagogiques.

  5. Chez Ruquier, Michel Onfray dévoile le vrai visage de Jean-Luc Mélenchon (à partir de 10’50)
    « Je l’ai soutenu un temps oui. Ben ça a commencé le 5 janvier 2011 quand je l’ai entendu dire à France Inter que Cuba n’était pas une dictature. Et quand le journaliste lui a demandé de répéter il a dit : ‘Oui, Cuba n’est pas une dictature.’ Alors voilà cet homme qui nous dit que la Ve République, la Constitution de 1958, sont quasiment fabriqué par un fasciste qui s’appelle le général de Gaulle mais qui trouve en même temps que Fidel Castro n’est pas un dictateur. Un personnage qui nous a dit du bien de Hugo Chavez, qui, lui, un temps, disait à Khadafi que s’il voulait finir ses jours tranquilles, il pourrait bien l’accueillir. »
    « Quand Jean-Luc Mélenchon nous dit qu’il n’y a pas de problèmes avec l’islam mais qu’il y a toujours des problèmes avec le christianisme… Moi je suis athée, moi ; donc il y a un problème avec LES religions, toutes les religions. Quand il nous dit qu’il vaut mieux que le Tibet soit chinois parce que, quand le Tibet est chinois on n’a pas ses bonnets pointus, jaunes là, de Tibétains, avec leur lama, on sait qu’il est franc maçon, j’pense qu’avec son tablier, il a l’air tout aussi ridicule qu’un Tibétain avec son chapeau pointu jaune. »

Laisser un commentaire