Gratuité dans les transports en commun

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Il en est une que personne ne demande chez les politiques qui ont communiqué suite à l’annonce de la fermeture du Pont Mathilde  après l’accident du 29 octobre : la gratuité dans les transports en commun.

Il ne s’agirait pas de revenir sur le principe général en vigueur, mais d’une gratuité temporaire pour inciter les habitants à laisser chez eux leur voiture et prendre le bus ou le métro. Cette gratuité aurait pour avantage de désengorger Rouen le temps que le Pont soit remis en service.

La mesure est sans doute coûteuse, surtout si le pont reste inaccessible plusieurs mois. Mais elle peut être vue, aussi, comme un démarche marketing : les habitants de l’agglomération qui auront pris l’habitude des transports en commun reviendront plus difficilement à leur automobile une fois la situation redevenue normale à la réouverture du pont.

Grand-Rouen, dans cette situation exceptionnelle a décidé de s’engager pour cette solution et vous propose une pétition en ligne, à signer, pour montrer votre accord avec l’idée de la gratuité temporaire des transports en commun le temps de la réouverture du Pont Mathilde.

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

6 réflexions au sujet de « Gratuité dans les transports en commun »

  1. C’est une très bonne initiative de Grand Rouen qui rejoint celle des élus communistes de Rouen et de la CREA qui formulent cette proposition depuis plusieurs années et qu’ils viennent de rappeler suite à la fermeture du Pont Mathilde. La gratuité même temporaire des transports en commun bus et ferroviaire, notamment pour les relations domicile travail serait une expérimentation grandeur nature ce ce que d’autres villes ont déjà engagées avec succès.

  2. Bravo pour cette invitation à « mettre l’imagination au pouvoir ». Tous les modes de transports en commun et doux sont concernés : le réseau métrobus, les cars du Département, les TER de la Région. Faut il la gratuité ou des tarifs très réduits (tarifs PDE?) ? en tous cas, à mon sens, privilégier les déplacements domicile travail et domicile lieux d’études. Et puis ne pas oublier le vélo : mettre le maximum de vélos à disposition de tous ; en faisant appel aux commerçants et aux flottes d’entreprises ou de collectivités. Et pourquoi pas aussi des navettes fluviales , et bien sur, la marche à pieds !

  3. On est dans le royaume des bisounours et des enfants gâtés par la vie. Tout gratuit. Mais une partie des salariés de la TCAR se plaignent de leurs conditions de travail et souhaitent une augmentation de salaires. Si personne ne paie son transport : qui paiera ? La Mairie de Rouen qui a bien du mal à sortir des emprunts toxiques, le département 2ème département le plus endetté de France 1 milliards d’euros de dettes soit la bagatelle de 30 millions d’euros de remboursement d’intérêts par an. Mystère

  4. Pourquoi pas? A grand problème, grand moyen! Cette catastrophe( seulement matérielle, heureusement) très traumatisante avec la conséquence que l’on sait peut ainsi avoir un impact positif par cette proposition de gratuité temporaire des transports en commun. Bonne initiative certes, pas suffisante pour régler le problème de la circulation automobile de l’agglomération mais une opportunité pour encourager les usagers à souscrire ainsi à se déplacer en laissant leur véhicule individuel au garage sinon aux portes de Rouen( attention d’avoir des parkings relais en nombre suffisant) Il y aura toujours des irréductibles pour continuer d’utiliser leur automobile dans la cité qui justement, vient de voir son plan de stationnement changer. D’une pierre, deux coups pour libérer et dépolluer notre ville, surtout sur l’hyper centre historique. Reste un hic, toujours le même, sujet de tous les maux de notre société moderne, l’argent ! En effet, derrière la TCAR il y a Véolia qui ne fait pas dans la philanthropie ! …
    A suivre ! …

  5. Ah! comme il est triste de constater que des initiatives de ce genre voient le jour simplement parce que de pauvres automobilistes sont emmerdés alors que bon nombres se bagarrent depuis des années pour une autre politique des transports dans l’indifférence générale.
    Bien que fervent militant de la place du vélo dans les déplacements, je ne signe pas une pétition qui, soit me force à ajouter une application à mon FB, soit m’oblige à m’inscrire à ce site de pétitions. Je la signerais lorsqu’elle sera sur papier.
    De toutes façons, lorsque le pont sera refait ou ré-ouvert tout cela tombera bien vite dans l’oubli, c’est garanti.

  6. La raison voudrait non seulement des bus et trains gratuits mais aussi les taxis gratuits et les voitures gratuites pour aller où les transports en commun ne passent pas et quelques voitures pour ceux qui le désirent vraiment,ainsi que du covoiturage.
    On ne peut donc pas parler de gratuité payée par l’impôt, car ainsi on économise le prix de la voiture+tva+pièces+garagistes+gps+assurance perso+vol+garage perso+amendes pour parking+quelques accidents…
    Evidemment il faut chercher à aider réellement les plus pauvres et/ou à la planète, bien que tous les aspects seraient à débattre, entre des citoyens qui choisissent ( leur vote décide ) , pas qui subissent ou sont mal testés par sondages.

Laisser un commentaire