Dionysos de retour à Rouen

Mathias, le leader de Dionysos, se confie à quelques semaines du concert du groupe à Rouen. Rencontre

C’est une histoire qui passe deux fois par Rouen, une fois au début, une fois à la fin. Pas toute l’histoire de Dionysos, qui court sur 20 ans, mais celle de leur dernière tournée. Avant la sortie de leur album Bird’N'Roll, et le concert de lancement au Trianon à Paris, les six membres du groupe Dionysos ont choisi le 106 pour leurs répétitions en mars 2012. Il n’y avait pas eu de concert à Rouen. Mathias, le leader de Dionysos, s’explique :  » nous travaillions alors sur un set court, adapté aux festivals, un spectacle d’une heure quinze, une heure trente maximum. Nous l’avons donc joué de nombreuses fois à Rouen, mais dans une salle vide. Et puis dans les festivals de l’été. Depuis, nous avons retrouvé le cocon des salles, et le spectacle a beaucoup évolué. On peut dire que c’est maintenant que nous défendons le mieux notre album. » Et parmi les derniers concerts de la tournée, le 29 novembre, il y aura donc Rouen, enfin, devant une salle qu’ils espèrent pleine.

Cela fait donc 20 ans que Dionysos construit son univers autour de Mathias : disques, livres, et même un film qui devrait sortir dans un an. Y aurait-il une recette pour satisfaire les fans de la première heure et conquérir un nouveau public ? « On ne peut pas fonctionner comme ça, explique le leader du groupe. Ce qui nous fait avancer c’est l’envie, pas le calcul. Sinon on est mort. La meilleure façon de respecter les fans c’est de faire scrupuleusement ce qu’on a envie de faire. Pour Bird’n roll, on avait envie de quelque chose de plus rock, d’immédiat, de spontané. Notre communauté est un peu bordélique dans son organisation, entre les travaux des uns des autres. Mais c’est parce qu’on est libre dans le groupe comme à l’extérieur du groupe que c’est passionnant et frais. »

20 ans, tout de même, ce n’est plus tout à fait comme avant… « C’est passionnant et difficile. Certains ont des enfants, des difficultés familiales. Mais le jardin magique social entre nous fonctionne toujours. Cet été, je me suis fait deux claquages, consent Mathias. Et j’ai régulièrement besoin d’un kiné… » Mais le chanteur continue de se donner à fond sur scène, sans hésiter.

Et puis le monde a changé… « La crise du disque est un souci, mais nous continuerons à faire de la musique. Pour moi, un disque ce n’est pas seulement des chansons, explique Mathias. On a la chance d’être encore là aujourd’hui. Je ne sais pas si un groupe de province comme nous pourrait trouver son public aujourd’hui. On a tiré des conséquences des difficultés, on a monté notre studio d’enregistrement. Ce qui me rend triste, c’est que j’aime l’idée de l’album : la pochette, le single… Sans aller jusqu’au concept-album, j’aime raconter une histoire. Le fait que tout soit éparpillé de clic en clic me rend nostalgique, mais en même temps, le web, c’est la découverte d’une foule de musiques, le partage, la rapidité. Il faut s’adapter, c’est une autre époque. Le plus dur, ce sera pour les maisons de disque… » Quoi qu’il arrive Dionysos n’a aucune intention de raccrocher.

  • Dionysos sera en concert au 106, à Rouen, le 29 novembre 2012

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire