Dans le jardin du père Noël

A compter du 15 décembre, et jusqu’au 6 janvier 2013, la rue de la Roche, dans le quartier Nicaise à Rouen prendra des couleurs de Noël. La famille Lagnel ouvre son jardin, envahi par les automates, au regard des passants.

Un peu comme les vitrines de Noël parisiennes. Sauf qu’ici, ce ne sont pas Louis Vuitton ou Karl Lagerfeld qui mettent en place les automates. C’est Jean-Marie Lagnel, 53 ans, à lui -presque- tout seul qui fabrique son jardin de Noël depuis dix ans. Et cette année, il est « à la bourre mais ne vous inquiétez-pas, j’vais y travailler toute la nuit », rassure-t-il. Habituellement, il commence à mettre en place ses installations début octobre. Cette année, il a pris un petit mois de retard.

Au départ, c’était pour amuser son fils, Timothée, 2 ans à l’époque. « Je faisais bouger un père Noël avec des fils », se rappelle l’ancien chauffeur routier international et désormais conducteur de bus. Ce qui devait être l’affaire de quelques minutes est finalement devenu une tradition familiale. Une cinquantaine d’automates est répartie dans différentes petits décors. Plus on les regarde, plus on en découvre de nouvelles. Un train tourne au milieu de la courette, une cigogne sort de la cheminée, une souris sort d’un four, une montgolfière qui monte et qui descend, un traîneau.

Seules les télécommandes des automates ont été achetées. Le reste, c’est de la récup’. Un vélo d’appartement, un tapis de marche, une machine à fumée de boite de nuit pour la locomotive, des roues de skateboard pour le wagon. Le tout actionné par des moteurs de machines à laver. De la récup’ mais aussi des dons de copains.

Une implication des amis et de la famille. Timothée âgé maintenant de 12 ans, rentre à peine du collège et est prêt à se mettre au travail. « C’est mon bras droit », plaisante l’artisan de Noël. « C’est mal graissé ici », « un fil est détendu », note le jeune inspecteur des travaux finis. « C’est aussi un moyen pour nous de passer du temps ensemble« , note Jean-Marie qui explique ne pas avoir vu grandir ses deux premiers enfants de 23 et 26 ans. Du bricolage qui les passionne tous les deux. « Au bout d’une semaine, on reconnait au bruit quelle mécanisme débloque », reconnait Jean-Marie.

Un tableau un peu singulier. Voir ce grand moustachu et son lutin de Noël s’activer autour de ses seynettes nous fait sourire. Eux s’en fichent. « Les gens disent que c’est kitch, mais ils s’arrêtent quand même pour regarder. Des gens de tous bords, d’ailleurs », se rend-compte Jean-Marie. La cour n’est pas ouverte au public. Il regarde à travers les grilles. Et pour les enfants, des bancs seront appuyés contre les murs. « Ils sont toujours très tentés de toucher », explique Jean-Marie. Tout comme les chats de voisins « qui crottent » les décors tout blanc.

Les installations resteront trois semaines en place. Beaucoup de travail pour peu de temps, se dit-on. Et lorsqu’on demande à celui qui a gardé son âme d’enfant s’il croit encore au père Noël, il répond : « Non ! Enfin… »

  • La famille Lagnel est aussi en ligne.
  • Les animations seront mises en route tous les soirs du 15 décembre 2012 au 6 janvier 2013, de 17h30 à 20h15.

Les photos sont de Guillaume Painchault.

Recevez toute l'actualité par email

Recevez quotidiennement ou presque le meilleur des articles de
Grand-Rouen directement dans votre boite mail.

Commentez sur Grand-Rouen

Laisser un commentaire